S'isoler

Le confort moderne passe par une isolation adéquate des bâtiments, d'un point de vue thermique pour éviter de gaspiller de l'énergie, comme d'un point de vue acoustique pour assurer le confort des occupants de ce bâtiment.

À moins de souhaiter vivre dans un abris antiatomique, la présence de lumière naturelle est indispensable. Il s'agit aussi d'une source d'énergie que les nouvelles reglementations visent à prendre en compte.

Allant au delà des réglementations, l'architecture bioclimatique est une technique de conception des maisons qui vise à utiliser le climat extérieur pour améliorer le confort intérieur des bâtiments, et ce en minimisant l'énergie consommée.

Plus généralement, il s'agit d'adopter la démarche négawatt.

Construction bioclimatique source:HESPUL

L'architecture climatique d'aujourd'hui est la redécouverte des principes de construction qui permettaient aux bâtisseurs de composer avec le climat. Elle utilise l'énergie solaire disponible sous forme de lumière ou de chaleur, afin de de consommer le moins d'énergie possible pour un confort équivalent. Elle s'appuie sur l'emplacement, l'orientation, l'isolation et l'aménagement intérieur des espaces ; il s'agit pour les constructeurs d'allier, par ces biais, l'architecture aux potentialités du climat extérieur.

Les principes de l'architecture climatique :

La crise des années 70 a réactualisé l'intérêt pour l'architecture climatique. Le principal soucis des bâtisseurs d'alors furent d'obtenir les meilleures performances énergétiques au moindre coût. De nouveaux isolants très performants et peu onéreux furent largement utilisés : polystyrènes, polyuréthanes, laines minérales, etc.

Les matériaux retenus en architecture climatique sont sélectionnés sur :

À partir des années 80 en France, une nouvelle conception de l'architecture climatique se développa, considérant que l'habitat participait également à la santé de ses habitants. Les nouveaux isolants furent remis en cause pour l'atteinte à l'environnement qu'ils généraient, du fait de leur production de CFC, d'impossibilité de recyclage en fin de vie, ou d'émission de gaz à effet de serre… Cette nouvelle architecture dite " bioclimatique " et/ou " bioconstruction " allie désormais les atouts thermiques des matériaux à leur impact environnemental. Mais une maison bâtie exclusivement à partir des matériaux réputés les plus sains, sans aucun compromis, risque d'être un échec au niveau de la consommation énergétique.
L'architecture bioclimatique prend également en compte l'origine des matériaux utilisés, recherché parmi ceux issus de ressources renouvelables, à partir de cycles de production courts et peu coûteux en énergie, les moins polluants possibles, dégradables ou recyclables. Aujourd'hui, le terme " bioclimatique " est de plus en plus utilisé, même à propos de l'architecture " climatique ".
Face aux particularités de chaque habitat, des exigences et des priorités personnelles, il existe une multiplicités de réponses. Chaque construction bioclimatique prend en compte les possibilités et les contraintes en jeu, tout en tenant compte de l'" écobilan " final.

L'architecture bioclimatique s'appuie donc sur :

En hiver, il s'agit de capter la chaleur du soleil grâce aux vitrages, à des vérandas, et à des murs capteurs. Ceux-ci stockent la chaleur dans la maçonnerie lourde durant leur exposition en journée, et la restituent pendant la nuit. Elle est conservée grâce aux capacités de stockage des matériaux, à leur étanchéité et leurs vertus isolantes. La conception intérieure des espaces joue également un rôle primordial pour une bonne isolation thermique. Ainsi, des " zones tampon " doivent être aménagées côté nord, afin de réduire l'impact du froid. Des pièces peu utilisées comme la salle de bains, le garage, la buanderie, les escaliers, les couloirs, etc. constituent des zones tampons idéales.
L'investissement économique d'une construction bioclimatique est très limité, et rapidement compensé par les économies réalisées sur la facture énergétique : jusqu'à 40%. Une énergie d'appoint est cependant nécessaire, particulièrement pour les journées non ensoleillées.

Feng Shui et usages anciens

Il s'agit de preceptes d'architecture et d'aménagement intérieur, théorisés au sein des systèmes philosophiques et mystiques extrême-orientaux.
Les résultats obtenus sont remarquablement corrélés avec les résultats d'une étude bioclimatique.

En occident aussi, des usages donnant une efficacité optimale pour les matériaux de l'époque ont étés mis au point à travers les siècles. Mais ils n'ont jamais été théorisés.

Les liens

www.assohqe.org, site officiel de l'architecture bioclimatique et HQE (haute qualité environnementale)
www.bear.nl, site HQE (haute qualité environnementale) et Architecture

Laurent FABAS Conseil
4, rue d'Amsterdam 11100 Narbonne Tel: 04 34 44 70 13